Postface




Nicolas Hulot

Dans ce récit j’ai découvert le parcours tumultueux d’un homme qui découvre chemin faisant que le respect de la vie est une valeur suprême. Un témoignage vérité sans détour, une confession franche et brute qui dévoile jusqu'où peut mener l’attachement à sa terre. 
Chacun se forgera son sentiment positif ou négatif en fonction de ses propres convictions et valeurs sur la nécessité d'aller si loin. Un livre à l’image de la Corse, authentique et au caractère bien trempé.

Nicolas HULOT
Animateur-producteur de télévision, écrivain 

Gilles Simeoni

La vie de Léo Battesti a épousé, lors des quarante-cinq années qui viennent de s’écouler, celle du nationalisme corse. Son livre nous raconte donc un parcours personnel exceptionnel, digne d’un roman d’aventures ou des biographies des dirigeants de peuples et nations en lutte pour leur survie ou leur reconnaissance : prison, coups tordus des services spéciaux, trahisons, mais aussi courage, sacrifices, détermination. Il donne à connaître, de l’intérieur, quatre décennies de l’histoire du courant dit « radical » du nationalisme : celui fondé par celles et ceux qui avaient vingt ans au moment des événements d’Aleria, et pour lesquels la brutalité de la réponse apportée par Poniatowski aux insurgés confirmera la nécessité de la confrontation armée avec l’État. Au delà du témoignage, l’ouvrage porte également un regard sans concessions sur des erreurs et dérives qui ont conduit l’idéal porté avec tant de passion au bord de l’abîme. 

Ce document est donc aussi un acte courageux : celui par lequel un homme se retourne sur ce qui a été le combat de sa vie et y voit la confirmation du bien-fondé de ses choix essentiels, tout en ne taisant rien ni de ses erreurs ni de ses remords. Le récit de Léo ne permet pas seulement de mieux déchiffrer le passé, et ce qu’a été le cheminement des dirigeants et militants de sa génération. Il donne également des clés pour mieux comprendre le présent. Et permet par exemple de mieux comprendre le traumatisme de notre génération, soutien enthousiaste et irréductible de ces femmes et de ces hommes prêts à tout sacrifier, mais aussi témoin abasourdi et impuissant des égarements coupables et des guerres fratricides. 
Ce paradoxe déchirant a, à mon sens, été un élément déterminant dans le choix fondateur que nous avons ensuite placé au cœur de notre stratégie politique :  lier indissociablement engagement au service du peuple corse et choix de la démocratie comme moyen et comme objectif. Un livre sur l’histoire, donc. Mais aussi un livre pour l’Histoire. Et dont la trame est fondée sur une idée simple, qui donne sa cohérence au parcours de 
Léo Battesti, l’homme, le militant, le révolté, le formateur, le passionné d’Échecs, d’échange, d’universalité : au-dessus de tout, il y a la vie.

Gilles SIMEONI
Presidente di u Cunsigliu esecutivu di Corsica

Bastia, u 18 di ghjugnu 2016

Pierre-Noël Luiggi

Léo se livre, des erreurs à l’échec, en route pour la vraie 
modernité ! 
Picasso à son ami et secrétaire Jaime Sabartès : « C’est aux erreurs qu’on reconnaît le Génie, mon vieux ! »
Si la modernité du XXe siècle c’est d’imiter puis de vouloir dominer la nature, le mythe du Titanic fait d’acier et de naufrage restera le symbole de ce siècle. 
Alors il faut maintenant bien comprendre que la vraie modernité, celle qui doit advenir, c’est celle de l’imperfection constitutive de l’homme, celle du bricolage, du doute, de l’erreur et de l’échec. Léo Battesti essaie, en se mettant à nu, de nous faire entrer à coup de pied aux fesses dans cette vraie modernité en nous disant bougez-vous, faites n’importe quoi, trompez-vous, mais faites quelque chose, et il a bien raison !
Grâce à lui, et à quelques autres, notre peuple sera peut-être l’un des premiers peuples d’Europe à entrer vraiment dans la modernité de ce siècle.
 
Pierre-Noël LUIGGI
Pdg d’Oscaro