Ma vie a basculé ce jour là...




« Léo, on a besoin d’un véhicule pour une action ce soir, tu peux nous passer ta Renault 12 ? »... Cette demande me dispense de développer sur l’état de l’organisation du FLNC en mars 1978. J’ai bien sûr accepté, signalant, toutefois, qu’ayant été secrétaire général de la CSC, ma voiture n’était peut-être pas la plus discrète du parc automobile insulaire. « Bof, il ne peut rien nous arriver et, de toute façon, on n’est pas des voleurs ». Fin d’un court et instructif échange.
Plus tard, ce même ami me téléphone. Allons, nous ne pouvions être sur écoute tout de même. Il m’informe qu’un membre du commando ne vient finalement pas et que ma présence ne serait pas superflue. Je saute sur l’occasion, étant d’ailleurs le seul à sauter ce jour-là !